Habitat alternatif – Découvrez la tiny house

Partage cet article sur tes réseaux !
Share on Facebook0Pin on Pinterest5Tweet about this on Twitter

Depuis quelques années, bien avant de voyager en van, nous nous intéressons aux solutions alternatives, que ce soit niveau alimentation, hygiène, manière de consommer, ou encore habitat. Nous avons décidé de mettre en lumière aujourd’hui un habitat alternatif que l’on affectionne tout particulièrement : la tiny house. Qu’est-ce qu’une tiny house ? Quels sont les avantages et les inconvénients de ce type d’habitat ? Quelle est la législation en vigueur ? Nous vous apportons aujourd’hui quelques éléments de réponses.

 

Source @positivr

Qu’est-ce qu’une tiny house ?

Une tiny house est un habitat principalement en bois, de petite taille. En français on appelle ça aussi micro-maison. Elles ont la particularité de reposer sur une remorque, ce qui fait de la tiny house un habitat nomade. Tirée par un camion/tracteur, elle se déplace  au grè de vos envies/besoins. Elle peut être utilisée en habitat principal mais également en logement insolite ou en maison secondaire. Les possibilités sont infinies avec la tiny house !

Sa particularité est donc avant tout sa petite taille. Elles ont généralement une superficie comprise entre 10m2 et 25m2 pour les plus spacieuses. C’est ce qui fait de la tiny house une alternative économique mais également écologique à l’habitat traditionnel. Quand on sait que la superficie des logements a augmenté de plus de 50% en 30 ans, la tiny house vient totalement à l’encontre de l’évolution d’aujourd’hui. Elle s’inscrit dans une démarche écologique et minimaliste, s’opposant totalement aux normes de la société actuelle.

Dimensions standards :

  • hauteur : 4m maximum
  • largeur : 2m55 maximum
  • poids : 3,5T maximum

 

D’où vient-elle ?

Le « tiny house movement »  ou « small house movement » nous vient des Etats-Unis. Souhaitant aller à l’encontre du schéma américain classique prônant grandeur et décadence, des américains ont souhaité construire un habitat plus raisonnable, ce qui impliquait de réduire la taille et l’impact sur l’environnement. La tiny house est née.

Peu connu, ce mouvement s’est amplifié et démocratisé après le passage du cyclone Katrina. La plupart des gens se sont retrouvés sans logement. D’abord initié pour loger les sinistrés, beaucoup de gens ayant tout perdu se sont ensuite tournés vers ces micro maisons, plus abordable financièrement. Le mouvement a grandi, touchant également les personnes désireuse de réduire leur impact sur l’environnement en ayant un habitat plus simple, moins énergivore et pratiquement autonome, suivant les installations.

Village de tiny houses aux USA

 

Une tiny house standard : optimisation et minimalisme

Une tiny house est donc une véritable petite maison, souvent réduite à une ou 2 pièces maximum. On y trouve tout le confort d’une maison classique, une cuisine, un salon, une salle de bain et une chambre. Tout y est pensé dans les moindres détails pour pouvoir y inclure le maximum de rangements. Le tout sans superflu, nous ne gardons dans la tiny house que l’essentiel, ça désencombre l’esprit et l’espace, et ça fait du bien.

Source @pinterest

La cuisine est équipée du minimum : une plaque, un petit four, un évier et un petit plan de travail. Tout comme la salle de bain : une douche, un évier et des toilettes sèches de préférence. La chambre est souvent située en mezzanine.

La tiny house peut également être équipée de panneaux solaires, d’un chauffe-eau, de bouteille de gaz et de batteries secondaires. Un récupérateur d’eau de pluie est également un plus. Cela permet d’être totalement autonome en eau et éléctricité. Adieu les factures d’eau et d’électricité et bonjour l’autonomie !

 

Avantages & Inconvénients de la tiny house 

Comme nous l’avons expliqué précédemment, la tiny house présente de nombreux avantages :

  • économiques : bien moins cher qu’un habitat classique, la tiny house se présente comme une solution alternative pour ceux qui ne souhaitent pas s’endetter sur 20 ans, ou qui n’ont tout simplement pas les moyens de s’offrir une maison lambda, mais qui souhaite garder un minimum de confort.
  • écologique : la tiny house permet, suivant les installations, de devenir autonome ou presque. Panneaux solaires, récupérateur d’eau, batteries secondaires, vous pouvez penser votre tiny house afin d’atteindre l’autonomie totale. La taille de l’habitat fait que les dépenses énergétiques sont beaucoup plus faibles. C’est bon pour vous, et pour la planète.
  • accessibilité : outre les nombreux constructeurs de tiny houses présents aujourd’hui, vouspouvez également la construire vous-même ! Internet fourmille de vidéos, blogs, forums avec toutes les infos pour construire sa propre tiny house.
  • mobilité : en effet, cette maison sur roues se transporte partout. C’est l’avantage de la construire sur une remorque, elle est facilement transportable.

 

Source Tumbleweed

Mais aussi des inconvénients : 

  • la législation : véritable vide juridique, il est difficile aujourd’hui de définir la législation en vigueur pour les tiny houses…puisqu’il n’y en a pas. C’est LE point sensible de ce type d’habitation nomade, nous vous détaillons cela plus loin dans la partie « Législation »
  • la taille : la vraie tiny house est sur roues, les remorques définissent donc la taille de la maison ni plus ni moins !
  • la vie de famille : la tiny house est parfaite pour 2 personnes, mais lorsque la famille s’agrandit les choses se compliquent. En apparence. La majorité des gens pensent que c’est difficile d’éléver un enfant correctement dans un espace si petit. A quoi bon ? Si l’on se déléste des preceptes classiques (soit beaucoup trop de jeux, jouets et autres accessoires pour enfants, souvent superflus), avec un peu d’organisation (comme toujours), il est tout à fait faisable selon nous de construire une famille dans une tiny house. Bon si vous souhaitez 5 enfants, c’est autre chose on vous l’accorde !
Source @tinyhousedesign

La législation autour de la tiny house

Nerf de la guerre des constructeurs de tiny house, et de toute personne souhaitant en acquérir une, la législation. Peut-on résider légalement dans un habitat mobile de ce type ? Il circule à la fois tout et rien sur les lois encadrant la pose d’une tiny house sur un terrain, mais toujours est-il qu’il n’existe pas de vraie législation. Voici un petit condensé de ce que l’on peut trouver comme informations. Nous pouvons voir les choses de 2 manières : vous voulez acquérir une tiny house pour voyager avec votre maison derrière vous, ou vous souhaitez acquérir une tiny house pour y vivre de manière majoritairement sédentaire.

Dans le premier cas, les voyageurs pourront se tourner vers une législation de type caravane, c’est à dire le droit de résider sur un terrain pour un maximum de 3 mois (sans enlever les roues). Cela permet de se poser un peu, sans avoir un rythme de voyage soutenu, mais en ayant toujours avec soi sa maison toute entière ! Entre nous, il nous parait assez peu pratique de voyager en tiny house, il faut prendre en compte la taille de la maison pour passer sous les ponts lorsqu’on se déplace ou encore trouver à chaque déplacement un terrain pour se poser (+ difficile qu’un van ou qu’une tente soyons honnête). Ce n’est que notre avis, et nous serions ravis de discuter avec des voyageurs en tiny house, chose que nous n’avons encore jamais vu !

Le deuxième cas apparait comme étant le plus courant. Pour tous ceux qui souhaitent posséder une tiny house pour les économies et l’autonomie que cela entraine, tout en étant la plupart du temps sédentaire. C’est pour cette catégorie que la législation est plus compliquée à appréhender. Cela va dépendre de la commune où vous souhaitez vous installer, et cela peut changer chaque fois qu’il  y a un nouveau maire. C’est un vide juridique, ce qui signifie que rien n’encadre véritablement ces constructions nomades qui souhaitent se sédentariser finalement. Nous pouvons, à ce titre, nous référer à la loi ALUR qui vise à « accompagner le développement de l’habitat léger ». La loi stipule que la tiny house (ou tout autre habitat léger type yourte, tipi ou encore roulotte) doit être posé sur un terrain constructible ou sur les « pastilles » (zones non constructibles) prévues dans le PLU de la commune (qui doit désormais tenir compte de TOUS les types d’habitat). La loi stipule également que des  travaux  portant sur les réseaux publics de distribution d’eau, d’assainissement ou de distribution d’électricité doivent être faits (selon les décrets en vigueur) sur le terrain en question.

 

Voici donc les informations que nous pouvons vous communiquer sur la législation des tiny houses. C’est encore flou puisqu’assez nouveau en France contrairement à nos voisins outre-atlantique. Rien n’est figé, il faut aller discuter avec les municipalités de votre projet, récolter des informations, avoir un solide dossier (expliquant précisemment les aménagements et installations) qui tient la route, qui va vous permettre de vous défendre si vous vous trouvez face à une commune plutôt réticente. Il est encore difficile à croire qu’aujourd’hui en France, les habitats « différents », visant à réduire l’impact environnemental et protéger l’environnement le plus possible soient aussi mal accueillis par les communes. Tout est encore une histoire d’argent évidemment.

Source @greenmoxie

En bref

  • Se renseigner auprès de sa mairie
  • Faire une déclaration préalable à la mairie
  • Se renseigner des décrets en vigueur stipulant le « cahier des charges » que doit respecter votre habitat léger (sécurité, réseau d’assainissement, réseau d’eau, propreté etc)

Source @mikeshouts

Les petits + à savoir

  • Le permis B n’est pas suffisant pour tracter sa tiny house. Il vous faudra le permis E en plus, qui vous permettra de conduire un véhicule assez puissant pour tracter votre tiny house + la tiny house elle-même. Tout est bien expliqué ici : permis remorque
  • L’assurance d’une tiny house, surtout en déplacement, est parfois compliquée. Il est nécessaire de bien se renseigner auprès des assurances avant d’entamer le projet.
  • Nous parlons de tiny house mobile, nomade, mais il est tout à fait possible de construire une tiny house fixe, qui n’est ni plus ni moins qu’une petite maison en bois.

 

Depuis quelques années maintenant nous connaissons les tiny houses, et nous sommes toujours dit qu’on fabriquerait la nôtre un jour. Nous savons que ce n’est pas un rêve, mais bien une réalité dans un futur plus ou moins proche. Cela fait parti des défis que nous adorons nous lancer, et que nous réaliserons. Construire de ses propres mains son chez-soi, au plus proche de la nature, tout en étant le plus autonome, c’est ce à quoi on aspire. 

 

Vous connaissiez les tiny houses ? Vous vous verriez vivre dans cet habitat alternatif ?

 

Constructeur de tiny houses 

Baluchon :  http://www.tinyhouse-baluchon.fr
La Tiny House : http://www.latinyhouse.com/
AgexBois :  http://agexbois-menuiserie.com/
Atelier des Branchés :  www.atelierdesbranches.fr
Tiny House Cahute :  http://cahute.eu
Woodiway :  www.woody-way.com

 

 

2 commentaires

  1. Alors comme dit sur IG, perso je m’y vois totalement, j’ai pas trop envie d’acheter une vraie maison en vraie, ça m’interesse pas, et avoir un crédit sur 25 ans pour un truc en pierre, bof. Reste plus à convaincre Alex (ça, c’est pas encore gagné :D), et au pire ça sera une maison en bois écologique…

    1. C’est exactement ça. Pourquoi faire grand quand on peut faire simple ? C’est tout benef, et ça laisse nos ptites économies tranquilles pour les voyages !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *